Difficultés sexuelles masculines liées à l’âge

Quelles sont les difficultés sexuelles masculines liées à l’âge ?

L’enquête nationale sur la sexualité des français répond à au lien entre difficultés sexuelles masculines et âge, avec des indications statistiques sur l’apparition régulière (= critères « souvent » ou « parfois ») de difficultés sexuelles en fonction de l’âge.

Les difficultés d’érection sont stables autour de 7% entre 18 et 34 ans, puis augmentent légèrement et touchent 11 à 14% des 35-49 ans, puis 27,5% des 50-59 ans et enfin 35% des 60-69 ans.

L’éjaculation précoce n’est pas une question d’apprentissage de la maîtrise du réflexe éjaculatoire, comme on l’a longtemps cru, mais semble largement conditionné par une part génétiquement déterminée.

L’éjaculation précoce concerne 29% des 18-24 ans, 40% des 25-34 ans, 44% des 35-39 ans, 38% des 40-49 ans, 44% des 50-59 ans, 35% des 60-69 ans.

L’absence ou l’insuffisance de désir est une difficultés sexuelle croissante avec l’âge : autour de 12% à 18-34 ans, de 17-18% à 35-49 ans, de 31% à 50-59 ans et de 43% à 60-69 ans.

L’âge auquel surviennent les difficultés est un paramètre important : l’absence de désir semble plus problématique à mesure que l’on avance en âge, les difficultés d’érections sont plus problématiques pour les jeunes et pour les plus de 50 ans, l’éjaculation précoce pose problème à tout âge.

Il est conseillé de consulter dès lors que l’un des deux partenaires -ou les deux !- en souffre.

Y a-t-il un lien entre les difficultés sexuelles masculines liées à l’âge et la durée de la relation ?

Les difficultés sexuelles masculines augmentent avec l’âge quel que soit le contexte relationnel, mais la durée de la relation joue un rôle important et est un critère à prendre en compte dans la sexualité des séniors.

Chez les hommes, âgés de 25 à 49 ans, c’est la première année de la relation que surviennent surtout les difficultés d’érection.

Heureusement, elles diminuent ensuite nettement dès la deuxième année.

En revanche, 33% les hommes de plus de 50 ans présentent des difficultés d’érection avec la même fréquence (un homme sur trois) et ce, quelle que soit la durée de la relation.

Dans les difficultés sexuelles masculines, l’éjaculation précoce reste relativement stable, autour de 40%, quelque soit la durée de la relation.

La dynamique des troubles du désir semble délicate à définir et l’idée reçue selon laquelle ils augmentent inéluctablement avec la durée d’une relation reste à prouver.

Votre contact pour essayer une séance de Psychothérapie ou de Sexothérapie à Paris (ou par Skype) : Marie-Odile Pirus – 06 81 22 77 67 ou par mail : modile2@wanadoo.fr

Posted in Sexo Sénior - Généralités | Leave a comment

Sexualité Senior Spécial Ménopause en 10 Points Clefs

Vous croyiez tout savoir sur le sexe et la sexualité… et pourtant, votre libido à la ménopause vous joue des tours… De nouvelles questions naissent, des inquiétudes surgissent. A qui posez ces questions ? Qui sait répondre ?

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe et la sexualité des Séniors, sans jamais oser le demander, c’est ici et c’est en 10 points clefs

Depuis la ménopause, je n’ai plus trop envie de faire l’amour. Est-ce normal ? 

Oui, c’est normal ! Certaines femmes ont une augmentation du désir après la ménopause, mais ce n’est pas la majorité : beaucoup se plaignent plutôt d’une forte diminution de leur appétit sexuel.

Cette altération, voire cette disparition totale dans certains cas, est le résultat de nombreux facteurs qui viennent impacter la libido : l’éducation, le vécu, le tempérament, le climat conjugal, les problèmes hormonaux, la sécheresse vaginale sont autant de facteurs impactant la sexualité des seniors femmes… L’attitude du compagnon a également son influence : pour désirer, une femme doit se sentir elle-même désirable et désirée.

Comment faire comprendre à mon compagnon qui a plus de désir que moi que je n’ai plus les mêmes envies ?

Même si la libido et la sexualité des seniors hommes évoluent elles-aussi avec l’âge, le désir masculin demeure rapide, physique, impatient… Le désir de la femme en revanche constraste avec sa subtilité, plus nuancée, constituée d’un mélange de sensations physiques, d’émotions et de besoins affectifs.

Après la ménopause, il diminue en intensité et l’accès au plaisir devient plus inconstant, parfois plus laborieux. L’important, pour conserver une vie de couple suffisamment satisfaisante, c’est d’en discuter avec votre compagnon à cœur ouvert. Quel que soit l’âge d’un couple, l’entente sexuelle repose sur beaucoup de communication et une coordination optimale entre les comportements des deux partenaires. Cette adaptation nécessite une certaine complicité et, souvent, des concessions et des compromis qui passent par un dialogue à cœur ouvert, pilier de toute communication authentique.

Les aphrodisiaques, ça fonctionne vraiment ?

Les épices (comme la cannelle, le safran, le gingembre) justifient leurs réputations aphrodisiaques par leurs propriétés stimulantes et vasodilatatrices. Rien n’empêche d’y croire… si cela vous fait plaisir et vous stimule !

Pour améliorer votre sexualité après la ménopause, il existe d’autres pistes à explorer :

Prendre son temps pour les préliminaires, créer de nouveaux jeux amoureux (oui, même à 60, 70 ou à 80 ans, il n’est jamais trop tard !), exprimer enfin ses fantasmes à son partenaire sont autant de possibilités à explorer pour stimuler les sens émoussés par la ménopause.

L’orgasme après 60 ans, fantasme ou réalité ?

Réalité fort heureusement ! Même si l’intensité du phénomène varie considérablement d’une femme à l’autre et parfois même d’un rapport à l’autre chez la même personne, vieillir n’empêche pas d’atteindre le point culminant du plaisir. Au contraire… Sa survenue et sa qualité dépendent du désir de la femme, de ses structures psychologiques, de la qualité de ses relations avec son partenaire… mais aussi de son état de libération ou d’inhibition vis-à-vis de son corps et de sa sexualité.

Depuis la ménopause, je ne supporte plus mon corps… Que faire ?

Ce dernier point est essentiel : accepter que son corps vieillisse et change dans la glace… mais aussi sous la couette ! Travailler son estime de soi avec ce nouveau corps, plus vieux, moins désirable en apparences –en apparences seulement !!- peut être clef pour continuer à se sentir désirable… et continuer à s’autoriser à désirer ! Renseignez-vous, Sexo Sénior propose un accompagnement de qualité pour dépasser ce cap. C’est un deuil à traverser, une transition à vivre… pour mieux s’accepter ensuite.

Une étude* publiée dans le très sérieux American Journal of Medicine démontre qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter du plaisir féminin après la ménopause. Sur 806 femmes âgées de 67 ans en moyenne et ménopausées pour 63 % d’entre elles, un tiers était toujours actif sexuellement. Pour celles qui pratiquaient régulièrement, 67 % affirmaient atteindre l’orgasme à chaque fois… ou presque ! Une situation pas si différente de la sexualité avant d’être senior finalement…
* Sexual Activity and Satisfaction in Healthy Community-dwelling Older Women, 2012.

Peut-on avoir des relations sexuelles en cas de cancer (ovaires, utérus) ?

Les femmes seniors peuvent, et sans précaution particulière, poursuivre une activité sexuelle après la prise en charge d’un cancer gynécologique. Cependant, la maladie reste une épreuve difficile et perturbante qui fatigue et peut altérer l’humeur, l’image corporelle ou l’estime de soi. Par ailleurs, certains traitements – la radiothérapie, par exemple – peuvent entraîner des modifications physiques comme le sécheresse vaginale, qui justifie un soutien extérieur. N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant qui vous proposera un traitement local. Si vous avez besoin d’en parler, faites-vous aider par un sexothérapeute : c’est précisément notre rôle et de notre métier que de vous accompagner dans l’évolution de votre sexualité à travers l’âge !

J’ai des douleurs pendant mes rapports sexuels, que faire ?

Après la ménopause, avoir des relations sexuelles régulières contribue à maintenir la perméabilité et la souplesse du vagin. Cependant, les femmes gênées par des rapports douloureux ont plutôt le réflexe de les éviter ou à les espacer et la conséquence est qu’elles s’enfoncent peu à peu, un peu plus dans ce problème.

Qua faire alors ? Consulter votre gynécologue afin d’identifier la source de vos douleurs. Il peut s’agir de simple sécheresse bénigne, mais aussi de trophicité vaginale. Le vagin devient plus étroit, s’atrophie quand la sécheresse est installée depuis longtemps et n’a pas été soulagée.

Il ne faut surtout pas vous décourager : vous pouvez retrouver une sexualité agréable si vous êtes motivée et persévérante dans l’emploi de vos traitements (hormones, gel hydratant, lubrifiant) : ça en vaut la peine !

Viagra féminin : nouvelle pilule miracle ?

Lybrido, c’est le nom du Viagra féminin qui pourrait arriver prochainement sur le marché américain. Le secret de sa formule supposée magique ? Un mélange de molécules de type Viagra et de testostérone (hormone mâle utilisée pour traiter la baisse de désir). Les premiers essais, annoncés comme « très prometteurs » par le laboratoire, auraient montré que les femmes sous traitement faisaient plus souvent l’amour et atteignaient également plus souvent l’orgasme. Pas d’emballement toutefois, mettent en garde de nombreux médecins, car les troubles sexuels des femmes sont bien souvent liés à leur état psychologique. Un paramètre contre lequel Lybrido ne peut strictement rien… à la différence d’un accompagnement psychothérapeutique ou sexothérapeutique qui, lui, peut beaucoup soulager, aider, accompagner.

J’aimerais discuter de tout cela avec mon compagnon, mais je n’y arrive pas !

C’est la difficulté de beaucoup de seniors femmes !… L’éducation n’a souvent pas posé de mots et fait ressentir –à tort- que ces sujets étaient gênants à aborder, voire même honteux. Ce sont des caps à dépasser… et c’est plus facile de le faire ensemble, en étant accompagnée. Ne restez pas seule avec vos difficultés… Venez en parler ! C’est mon métier de vous aider et de vous soutenir dans votre sexualité senior. J

Votre contact pour essayer une séance de Psychothérapie ou de Sexothérapie à Paris (ou par Skype) : Marie-Odile Pirus – 06 81 22 77 67.

Posted in Sexo Sénior - Généralités | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Jeux érotiques : quand la sexualité des Séniors prolonge leur longévité.

Le coup de foudre : ses effets dopants sur notre cerveau

Savez-vous qu’un coup de foudre active jusqu’à douze zones du cerveau et n’a besoin que d’un cinquième de seconde pour se produire ?

Son symptôme physiologique extérieur repérable est la dilatation des pupilles. C’est donc notre cerveau qui tombe amoureux par l’entremise de toute une panoplie de stimuli sensoriels parmi lesquels la vue et l’odorat jouent des rôles très importants. L’émotion olfactive joue un rôle majeur et est en effet immédiatement captée par l’hippocampe, siège de la mémoire.

Et pour peu que le parfum soit familier et apprécié…. battements de cœur et émotions seront au rendez-vous !

Le baiser : un bruleur de calories anti-maladies ?

Si une simple bise n’actionne que deux muscles et c’est tout, un baiser amoureux, le vrai -celui avec la langue- lui, met à contribution pas moins de 34 muscles faciaux, dont 17 juste pour la langue.

Ce plaisir se transforme donc en un véritable sport qui peut faire brûler de 3 à 7 kcal/min de part et d’autre selon la fougue engagée ! S’embrasser amoureusement se révèle être une excellente activité pour la santé… à tous points de vue !

De plus, lors d’un french-kiss, les partenaires amoureux échangent environ 250 types de bactéries qui permettent de diversifier les sources bactériennes, renforçant ainsi le système immunitaire de chacun.

L’état amoureux: un coupe-faim hyper efficace !

Lorsqu’on est dans l’état amoureux, l’hypothalamus sécrète une molécule de la famille des amphétamines : la phényléthylamine.

Cette molécule court-circuite littéralement le signal de la faim, mais aussi de la soif et de la fatigue. On se mange des yeux, on se nourrit de l’autre… et cela suffirait presque !Certains perdent jusqu’à cinq kilos entre trois et six mois!

Le simple sentiment amoureux est au final, même plus efficace que l’acte sexuel en soi: en terme de dépense calorique, faire l’amour 10 à 20 minutes équivaut à 15 min de course à pied à allure plus ou moins modérée et ne permet de brûler que 100 à 200 Kcal… soit moins qu’un simple croissant à la boulangerie !

Des ébats amoureux pour une bonne tension artérielle ?

Contrairement aux préjugés ou aux idées reçues, les effusions amoureuses ne constituent pas un risque cardiovasculaire, même en cas de maladie cardiaque.

En effet, de 12/8, soit la norme au repos, la tension artérielle grimpe rarement au dessus de 17 en cas d’ébats amoureux.

De même, la fréquence cardiaque est peu impactée, passant en moyenne de 70 pulsations par minutes à 130 battements par minute maxi. Pas de quoi faire lâcher un palpitant !

La probabilité de faire un infarctus est seulement de 0,5%, concerne surtout les hommes (9 cas sur 10 !!) et  se produit dans 75% des cas, lors de rapports extra-conjugaux…

A contrario, les études prouvent qu’une relation physique amoureuse, régulière et sereine diminue de 45% le risque cardio-vasculaire, y compris hors ébats amoureux.

Comme quoi, l’exclusivité, en amour, c’est bon pour la santé… et pas seulement pour éviter les MST !!

Faire des câlins pour baisser son stress ?

L’amour et la passion ont de nombreux effets bénéfiques : ils entraînent la sécrétion d’ocytocine (l’hormone de l’attachement), de dopamine et d’endorphine, deux neurotransmetteurs provoquant une sensation de plaisir et de bien-être,.

Figurez-vous qu’un simple câlin, sans sexualité, peut produire exactement les mêmes bienfaits !

Dès lors qu’il est emprunt de tendresse, qu’il est doux et prolongé, le contact humain, peau contre peau, permet lui aussi, d’abaisser l’hormone du stress, la tension artérielle ainsi que le rythme cardiaque.

La voix peut elle aussi créer un sentiment de sécurité…

Bonne nouvelle : un câlin avec votre animal de compagnie pourra lui aussi, contribuer au même bien-être tant physiologique –par la chimie secrétée- que psychologique.

Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait de la tendresse…. 😉

Votre contact pour essayer une séance de Psychothérapie ou de Sexothérapie à Paris (ou par Skype) : Marie-Odile Pirus – 06 81 22 77 67.

Posted in Sexo Sénior - Généralités | Tagged , , , , , , | Leave a comment

L’infidélité conjugale des Séniors augmente… après 55 ans !

L’infidélité conjugale des Séniors augmente le plus… après 55 ans !

Il me semble que ce n’est pas ce que l’on répondrait spontanément si on nous posait la question, n’est-ce pas ?

Et pourtant…

La récente étude de L’Institute for Families Studies est formelle : si l’infidélité conjugale est en baisse avant 55 ans, elle est en nette hausse après cet âge : 20 % des couples de séniors sont concernés, soit le double par rapport à dix ans plus tôt.

L’espérance de vie croissant, les couples connaissent de plus en plus de difficultés autour des 60 ans, quand la fin de l’activité professionnelle correspond souvent en plus,  au départ des enfants de la maison.

Comment dépasser cette crise du couple ?

Les couples les plus exposés à cette “crise de la soixantaine” sont ceux qui ont sous-estimé le changement de vie et les impacts que ces différents événements (retraite, départ des enfants, temps libre, inactivité, etc.) allaient générer… et qui ne s’y sont pas préparés.

Ce sont souvent des couples qui ne se sont pas vu s’éloigner, tout occupés qu’ils étaient à s’occuper de leur carrière, des études de leurs enfants et de tout un tas d’occupations qui avaient comme bénéfice d’éviter de regarder en face, l’évolution des sentiments, de la complicité et… du désir sexuel.

Une prévention est de rester vigilant dans son couple, tout au long de la relation… et d’éviter de faire l’autruche quand les sentiments ou envies évoluent.

Quelles sont les issues à la crise de couple des Séniors ?

Il n’y a pas 36 solutions… car au final, deux grandes options se dessinent :

  • rester ensemble : il convient alors de tout mettre à plat, rompre le silence et les non-dits pour une relation authentique où chacun redéfinit et exprime ses besoins, ses envies, mais aussi ses limites et ses nouvelles frontières.
  • se séparer : ce n’est pas forcément une option simple, car encore faut-il se séparer en adultes. Se séparer et non pas se déchirer ou se détruire. Pas facile de se séparer en adultes, quand la relation n’était pas assez mûre pour être vécue en adultes, c’est-à-dire dans une communication authentique, ouverte, sans peur d’être rejeté ou de ne plus être aimé par l’autre.

Le coming-out tardif

Moins courant que l’infidélité classique, le coming out tardif est aussi une occasion de crise, quand l’un des deux protagonistes se découvre ou s’autorise un genre différent ou une orientation sexuelle différente.

Le coming out tardif s’explique souvent par le choix conscient d’attendre que les enfants soient grands et autonomes… combiné avec le choix d’être enfin soi, avant qu’il ne soit trop tard.

Comment se faire aider ?

Beaucoup de couples ont trop honte par rapport à leur éducation pour venir consulter et se faire aider… C’est bien dommage, car se faire accompagner dans des moments pareils n’est pas un luxe et chacun est souvent trop en crise pour avoir le recul nécessaire pour faire face et bien gérer la crise.

C’est là où le sexothérapeute intervient.

Traverser des crises conjugales ne s’improvise pas !

Et il est normal de se faire aider…

Pour en discuter, échanger sur les possibles et choisir la meilleure solution pour vous, n’hésitez pas à prendre rendez-vous.

Nous ferons le point ensemble sur ce que vous vivez et vous déciderez en conscience, le meilleur choix pour votre avenir…. ensemble ou séparé.

Votre contact pour essayer une séance de Psychothérapie ou de Sexothérapie à Paris (ou par Skype) : Marie-Odile Pirus – 06 81 22 77 67.

Posted in Sexo Sénior - Généralités | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Bienvenue sur Sexo Senior, le site du Désir et la de la Sexualité des Séniors

 

Bienvenue sur Sexo Sénior, le site du Désir et de la Sexualité des Séniors.

La sexualité des seniors est encore un sujet tabou… mais pas sur ce site !

Avoir une sexualité épanouie à 50 ans, 60, 70 ou plus, OUI, c’est possible… et c’est même super bon pour la santé !

Le secret pour y parvenir ?

Apprivoiser en douceur les transformations de son corps et de celui de son partenaire, les accepter, apprendre à vivre avec, à s’adapter…

Vous trouverez ici tous mes conseils pour réinventer votre vie amoureuse, retrouver une sexualité libre et épanouie ou tout simplement entretenir votre flamme… et votre désir !

Ce site est encore en construction…. mais il va se construire vite, c’est promis !

Il proposera prochainement de nombreux articles, informations et des ateliers en présentiel sur les sujets du désir et de la sexualité des Séniors.

N’hésitez pas à poster en commentaires les sujets que vous aimeriez voir aborder, les questions que vous vous posez, les difficultés que vous traversez…

Ce site est d’abord VOTRE site !

Alors lancez-vous et participez !

Votre contact pour essayer une séance de Psychothérapie ou de Sexothérapie à Paris (ou par Skype) : Marie-Odile Pirus – 06 81 22 77 67.

Posted in Sexo Sénior - Généralités | Tagged , , , , | 2 Comments